Vins du mois

Les vins du mois d'août 2018

Quincy Cuvée Sucellus 2013
Domaine Tatin à Brinay

Img 2320

Robe : jaune pâle, très lumineux.
Nez : intense et très complexe, palette bien fraîche sur la groseille blanche et le miel de forêt sur un fond de menthe poivrée.
Bouche : attaque assez douce mais la charpente acide vive et tranchante se manifeste dès le milieu de bouche pour structurer une matière assez épaisse, finale très sapide avec une ligne acide saillante et de beaux amers minéraux.
Réalisé à partir d’un assemblage de plusieurs parcelles situées sur les meilleurs terroirs de Quincy (Chaumoux, Nouzats, Gatebourse, Clos de la Victoire) cette cuvée a été élevée en fûts de chêne du Berry.
Après plus de 2 ans d’affinage en bouteille, le boisé s’est parfaitement intégré et la présence minérale s’est définie pour aboutir à un grand vin blanc qui nous a séduit par sa plénitude et son harmonie.


Savennières Clos le Grand Beaupréau 2012
Domaine Ogereau à Saint Lambert du Lattay

Img 2386

Robe : jaune moyen, très lumineux.
Nez : intense et très complexe, palette évolutive sur le coing frais, la chair de nectarine et les fleurs blanches sur un fond minéral (pierre à feu).
Bouche : matière ample et voluptueuse, chair consistante et structure acide très solide, texture caressante, finale bien sapide avec des amers nobles et un long sillage minéral et épicé.
Après plus de 5 années de repos en cave, ce Savennières nous a régalés avec son expression aromatique ligérienne absolument parfaite et sa présence en bouche d’une élégance rare.
Ma relation compliquée avec le cabernet franc ne me permet pas d’apprécier les rouges angevins mais en revanche je reste un fan absolu du chenin…surtout lorsqu’il se décline à travers une cuvée de cet acabit. MIAM !


Roussette de Savoie Marestel 2012
Domaine Dupasquier à Jongieux

Img 2328

Robe : jaune clair avec de beaux éclats dorés.
Nez : complexe et très original, notes d’amande fraîche, de pignons de pin et de miel de châtaigne.
Bouche : matière ample et consistante, équilibre riche mais parfaitement digeste, finale appétente avec des amers nobles et une salinité très marquée.
J’ai toujours le même plaisir à déboucher une bouteille de Marestel signée Dupasquier, un grand vin blanc savoyard qui allie avec bonheur richesse et structure minérale pour nous donner de belles sensations de gourmandise et de sapidité. MIAM !


VDF Fleur de Cailloux 2016
Domaine Padié à Calce

Img 2387

Robe : jaune clair avec une belle brillance, reflets argentés.
Nez : pur et très sincère avec une palette où on trouve de belles touches d’agrumes frais et une minéralité très impressive (terpènes, pierre à fusil).
Bouche : matière dense et tonique, équilibre tendu et légère présence tannique, finale nette, très franche et parfaitement sapide.
Cet assemblage de grenache blanc, de grenache gris et de maccabeu vinifié par Jean-Philippe Padié confirme que le vignoble de Calce dispose de terroirs capables de donner naissance à de très grands vins blancs.
Ce Fleur de Caillou 2016 qui brille par sa densité et sa profonde minéralité m’a beaucoup fait penser à certains vins d’Antoine Kreydenweiss…notamment les « Val d’Eléon ». MIAM !


Nuits Saint Georges Aux Allots 2013
Domaine Chicotot à Nuits Saint Georges

Img 2348

Robe : grenat moyen avec des bords légèrement dégradés.
Nez : pur et bien vif avec des notes de griotte acidulée sur un fond minéral et réglissé encore un petit peu austère.
Bouche : attaque franche et bien tranchante, acidité droite et assez véloce qui dynamise un jus fruité frais et charnu, finale tendue avec un sillage long sur les épices et la pierre chaude.
Après quelques expériences compliquées (pour ne pas dire décevantes) avec des pinots noirs bourguignons de ce millésime, j’ai débouché cette bouteille avec une petite appréhension qui a été levée dès la première gorgée.
Cette cuvée de Nuits née sur un terroir argileux ne semble pas encore avoir atteint son plateau de maturité optimale mais les qualités révélées aujourd’hui – et qui la rendent déjà très agréable à déguster – laissent entrevoir un avenir radieux.
MIAM par anticipation !

Dsc 0529
Le vignoble de la Couronne d’Or en août

Les vins du mois de juillet 2018

Clos du Val d’Eléon 2014
Domaine Kreydenweiss à Andlau

Img 2185

Robe : jaune clair, reflets argentés.
Nez : intense, racé et profondément minéral, note d’agrumes (citron vert, pamplemousse), de carambole et de pierre à feu.
Bouche : matière pleine et charnue, équilibre frais, structure bien droite, finale persistante avec des amers minéraux très qualitatifs et un sillage très agréable sur les agrumes frais et la vanille.
Toujours un peu revêche et turbulente dans ses jeunes années, cette cuvée, née sur un terroir de schistes complanté de riesling et de pinot gris, se livre aujourd’hui avec beaucoup de classe : après quelques années en cave ce vin m’a ébloui par son équilibre presque magique entre fruit et minéralité. MIAM !


Gewurztraminer V.T. 2007
Domaine Emile Beyer à Eguisheim

Img 2183

Robe : jaune profond avec des reflets dorés.
Nez : discret et très complexe, notes d’abricot confit et de raisin confit sur un fond délicatement floral (pétale de rose) et légèrement poivré.
Bouche : attaque franche, jus riche et concentré, texture assez épaisse, acidité vive et large qui retombe progressivement pour laisser place à de beaux amers minéraux, finale très digeste, sillage très long sur l’orange amère et les épices.
Cette bouteille qui a fait partie de ma sélection vinique pour arroser mon repas d’anniversaire avec les membres du club AOC, nous a épatés par la complexité de son expression aromatique et par la qualité de son équilibre en bouche…une alliance parfaite entre richesse et fraîcheur. MIAM !


Aligoté Sous le Chemin 2015
Domaine Buisson-Charles à Meursault

Img 2271

Robe : jaune très clair avec des éclats argentés.
Nez : frais et engageant, notes de chair de fruits blancs très frais sur un fond citronné et crayeux.
Bouche : attaque bien vive, matière ample, équilibre frais, aromatique suave et très complexe, finale nette et appétante.
Voilà surement l’un des plus beaux aligotés que j’ai rencontré dans toute ma carrière de picoleur : une pureté absolue, un équilibre parfait (même pour un 2015 !) et une buvabilité vraiment exceptionnelle…bravo et merci M. Essa !!!


Chablis 1° Cru Montmains 2014
Domaine Besson à Chablis

Img 2184

Robe : jaune clair avec des reflets argentés.
Nez : frais et très fin, chair de poire fraîche et poudre d’amande sur un fond minéral discret (pierre, craie, iode).
Bouche : chair consistante structurée par une ligne acide fin mais très vive, finale longue et puissamment minérale avec des amers délicats bien salivants.
Acheté lors de ma dernière visite au domaine Besson (en 2016) ce superbe Montmains entré dans la plénitude de son âge mûr, nous rappelle une fois encore que le vignoble chablisien regorge de pépites viniques qui offrent des rapports Q/P exceptionnels. MIAM !


VDP du Mont Baudile Les Intillères blanc 2016
Domaine Supply-Royer à Arboras

Img 2182

Robe : jaune clair, bien lumineux avec des éclats argentés.
Nez : intense et complexe, notes de résine, de coing frais, d’abricot mûr et de gingembre.
Bouche : matière ample et consistante, ligne acide solide et bien en place, fine présence tannique, finale longue et digeste, sillage aromatique très agréable sur les fruits blancs et les épices douces.
Réalisée à partir d’un assemblage de jeunes chenins et bourboulencs plantés sur le « triangle des Intillères » cette nouvelle cuvée de blanc du domaine Supply-Royer n’a pas eu besoin de beaucoup de temps pour exprimer son talent.
Voilà une bouteille qui n’a pas fini de faire parler d’elle !!!


Pinot Noir V 2015
Domaine Muré à Rouffach

Img 2273

Robe : lumineuse avec une teinte rubis et une densité moyenne.
Nez : ouvert et envoûtant, notes de fruits noirs (myrtille, cassis) bien mûrs dès l’ouverture puis nuances plus fraîches évoquant les fruits rouges et les fleurs (mauve, violette).
Bouche : matière pleine et onctueuse, équilibre parfait, tanins souples mais structurants, finale bien sapide, amers minéraux racés et long sillage fruité.
Cette cuvée née sur le coteau classé du Vorbourg et vinifiée par les Muré ne m’a encore jamais déçu…et ce sublime 2015 perpétue cette tradition d’excellence en atteignant un niveau qui m’a littéralement mis sur le c...
Pour faire court, c’est l’un des plus grands rouges alsaciens que j’ai dégusté jusqu’ici…mais j’ai encore quelques autres belles cartouches de 2015 qui attendent dans ma cave. MIAM admiratif !


Saint Chinian Grand Vin 2010
Domaine La Madura à Saint Chinian

Img 2181

Robe : sombre et dense avec une fine frange grenat.
Nez : ouverte et bien expressif, notes de mûre confite et d’herbes de garrigue (romarin, cade) sur un fond d’orange sanguine.
Bouche : matière volumineuse, texture soyeuse très « nappante », trame tannique veloutée, finale parfaitement digeste avec une acidité qui donne du tonus et une présence minérale bien salivante, sillage long sur les fruits noirs et la violette.
Comme me l’a soufflé mon ami Dany, « le grand vin de la Madura a besoin de temps pour révéler sa classe »…et cette bouteille gardée pendant quelques années dans ma cave prouve qu’il a tout à fait raison (comme souvent d’ailleurs…).
Cyril Bourgne qui a appris l’exigence et la rigueur dans le vignoble bordelais arrive à tirer la quintessence de ces beaux terroirs du saint-chignanais…ce qui est écrit sur l’étiquette se vérifie dans le verre : c’est un « Grand Vin ». MIAM !


Margaux Château Monbrison 2007
Famille Davis à Margaux

Img 2270

Robe : sombre et dense avec une fine frange grenat.
Nez : intense et voluptueux, palette complexe sur la myrtille et la violette sur un fond finement balsamique (cèdre, encens).
Bouche : matière dense, texture épaisse avec un toucher très velouté, équilibre tonique, tanins fondants, finale longue et digeste.
J’ai acheté cette bouteille lors d’une FAV en souvenir de ma première tournée bordelaise…c’était dans les années 80 et nous avions été très bien reçus par Jean-Luc Vonderheyden qui nous avait fait découvrir les millésimes 80, 81 et 82.
Après une dizaine d’années de garde, ce 2007 se tient magnifiquement bien et se livre aujourd’hui avec beaucoup de sincérité et de spontanéité. MIAM !

6 4 8
Sortie sportivo-vinique en Savoie en juillet 2018…via ferrata du Roc du Vent

Les vins du mois de juin 2018

Muscat Ottonel 2015
Domaine Barmès-Buecher à Wettolsheim

Img 2160

Robe : jaune clair, belle brillance.
Nez : ouvert, suave et complexe, notes de fleure de sureau, de pulpe de raisin et de menthe fraîche.
Bouche : matière douce et très gourmande, petite présence de CO2 très stimulante, belle expression aromatique fruitée et florale, finale glissante et digeste.
Avec sa belle suavité aromatique très classique avec le muscat ottonel et sa générosité due au millésime, ce vin vraiment superbe en dégustation pure fera merveille à l’apéritif….c’est tellement bon que ça peut devenir addictif. Attention !


Pinot Gris Lerchenberg 2014
Domaine Kreydenweiss à Andlau

Img 2159

Robe : jaune franc avec des éclats or clair.
Nez : intense et bien complexe, notes de mirabelle, de vanille et d’épices douces.
Bouche : attaque très douce, matière ample et consistante, présence saline bien sensible, finale puissante et profondément minérale avec des amers nobles qui stimulent la salivation.
Ce pinot gris que j’ai bien goûté dès sa sortie s’est encore bonifié durant ces quelques années de garde supplémentaires : c’est un vin qui a gagné en complexité et en finesse tout en définissant encore un peu plus son expression minérale…à boire aujourd’hui ou dans quelques années car il me semble que son potentiel de garde est toujours intact. MIAM !


Riesling Grand Cru Hengst 2010
Domaine Josmeyer à Wintzenheim

Img 2178

Robe : jaune franc, très lumineux avec des reflets un peu fluo.
Nez : franc et racé, notes d’agrumes mûrs et de zestes sur un fond minéral très pur qui évoque l’eau de roche.
Bouche : matière ample et concentrée, acidité ferme et large, amers qualitatifs et salinité puissante, finale persistante sur le pamplemousse et la pierre chaude.
Lorsqu’une grande maison alsacienne propose une cuvée issue d’un grand cépage sur un grand terroir et dans grand millésime, il est difficile de ne pas s’attendre à goûter un vin d’exception.
Autant dire qu’en débouchant cette bouteille mes attentes étaient très élevées mais je n’ai pas été déçu…quelle belle quille mes amis !


Cairanne 2014
Domaine Richaud à Cairanne

Img 2179

Robe : compacte et presque noire, fine frange violine
Nez : fin et séduisant, notes de myrtille et d’herbes de garrigue sur un fond de bois de réglisse.
Bouche : attaque douce et suave, puissance qui s’affirme avec une matière charnue tenue par une trame acide minérale qui gagne progressivement en intensité, finale sapide et longuement aromatique.
Après quelques années en cave, cette cuvée de Cairanne a lissé sa texture et affiné son équilibre pour nous donner un beau récital sudiste plein de gourmandise et d’harmonie. MIAM !


Nuits Saint Georges Les Plantes au Baron 2011
Domaine Chicotot à Nuits Saint Georges

Img 2163

Robe : sombre et dense avec un fin liseré rubis
Nez : notes végétales très douces à l’ouverture (herbe coupée et feuille de cassis), puis développement d’arômes complexes et sur un registre très « noir », notes de mûre, de graphite et de réglisse.
Bouche :attaque douce et suave, jus consistant avec une texture veloutée, tanins fondus, finale fraîche, acidulée et salivante.
Cette cuvée parcellaire vinifiée par Pascale Chicotot s’est très bien goûtée aujourd’hui. Les arômes végétaux initialement assez prégnants (limite disgracieux) se sont intégrés dans une palette complexe très séduisante et le jus dense et structuré laisse une belle impression de plénitude en bouche.
Avis aux amateurs…je crois que les crus bourguignons de 2011 commencent à s’ouvrir !

Dsc 255
Le nouveau logo des vins d’Alsace présenté lors du salon « Millésime Alsace 2018 »

Les vins du mois de mai 2018

Riesling Estate Rüdesheim 2016
Domaine G. Breuer à Rüdesheim (Rheingau)

Img 2040

Robe : jaune clair, lumineux avec des reflets argentés.
Nez : franc et bien ouvert, notes de citron vert et de groseille blanche sur un fond minéral déjà très sensible (pierre chaude, silex frotté).
Bouche : attaque très vivre, minéralité expressive et très immédiate, milieu de bouche qui donne une petite sensation de douceur, petit grip tannique très stimulant, finale acidulée et très saline, retour aromatique très long sur la groseille blanche.
Voilà une bouteille qui nous permet de comprendre pourquoi les rieslings allemands sont si bien représentés sur le marché international.
Né sur un terroir de schistes ce vin assez léger (11°5) mais soutenu par une présence minérale de grande classe, nous propose une version d’un riesling sans trop de fantaisie mais qui s'exprime avec une pureté remarquable.


Sylvaner 2015
Domaine P. Ginglinger à Eguisheim

Img 1972

Robe : jaune clair avec des éclats gris métalliques.
Nez : discret et raffiné, notes d’herbe sèche et de fruits blancs frais sur un fond légèrement fumé.
Bouche : attaque souple, matière généreuse qui enrobe une acidité bien mûre, finale puissante et profondément saline avec de beaux amers minéraux et quelques nuances boisées.
Issu d’une parcelle de très vieilles vignes située sur le lieu-dit Bodenacker (terroir marno-calcaire) ce sylvaner en étonnera plus d’un par son opulence et sa belle trame minérale : le cépage est transcendé par le terroir et galvanisé par ce millésime très solaire.
Dégusté avec des asperges blanches, le vin s’est vraiment affiné : l’amertume a été complètement gommée et l’acidité est devenue plus saillante pour laisser persister une belle sensation de fraîcheur en finale.


Muscat Eguisheim 2017
Domaine E. Beyer à Eguisheim

Img 2125

Robe : jaune clair, très lumineuse avec des éclats argentés.
Nez : discret et complexe avec une palette bien fraîche sur les fleurs des prés et la groseille blanche sur un fond minéral qu’on commence à entrevoir.
Bouche : attaque vive et franche avec une ligne acide fine et tendue qui se met en place très rapidement, matière longiligne, petit perlant très stimulant, finale bien minérale avec des amers nobles et une belle salinité.
Né sur des parcelles situées sur les coteaux d’Eguisheim, ce muscat frais et appétant est marqué par une présence minérale d’une force peu commune : c’est un beau vin de terroir qui fera merveille dès aujourd’hui avec des asperges mais qui pourra également attendre un peu en cave pour s’affiner et donner toute la mesure de son potentiel gastronomique.


Riesling G.C. Hengst 2011
Domaine Barmès-Buecher à Wettolsheim

Robe : or clair, très belle brillance.
Nez : mûr et intense, notes de citron confit, d’épices douces, de gingembre et de vanille.
Bouche : bouche massive et puissante, silhouette plantureuse tenue par une acidité très large, finale chaude et intense avec de beaux amers minéraux.
Ce riesling d’une puissance assez extrême (16° au compteur !) nous rappelle que le terroir marno-calcaire du Hengst est vraiment unique en Alsace.
Sa force expressive et sa présence très intense en bouche flattent nos sens de manière spectaculaire…si bien que les palais sensibles risquent d’être saturés par tant de puissance.
Voilà un vin fait pour défier le temps que je regoûterai bien dans 10 ou 20 ans !


Meursault Vieilles Vignes 2015
Domaine Buisson-Charles à Meursault

Img 2121

Robe : jaune clair, belle brillance, reflets vert pâle.
Nez : ouvert et complexe, notes d’amande fraîche et d’herbes aromatiques sur un fond minéral très pur qui évoque l’eau de roche.
Bouche : attaque vive, matière ample et concentrée, présence saline très tactile (petit grain tannique), finale longue et digeste avec des amers salivants et un beau sillage épicé.
Si mes souvenirs sont bons, Patrick Essa avait crée une petite polémique locale en 2015, lorsqu’il a défendu l’idée de vendanger tard malgré les risques de maturité excessive de ses chardonnays…et cette superbe cuvée de meursault est là pour prouver qu’il a eu raison de faire confiance à ses terroirs : c’est un grand vin plein d’énergie minérale et d’une fraîcheur tout à fait réjouissante. MIAM !


VDP du Mont Baudile La Roussanne du Bramaïre 2015
Domaine Supply-Royer à Arboras

Img 2046

Robe : jaune doré avec beaucoup d’éclat, larmes glycérinées bien visibles.
Nez : intense et particulièrement complexe, palette évolutive avec des notes balsamiques à l’ouverture (résine, terpènes), puis développement aromatique sur l’abricot frais, le gingembre et les épices douces sur un fond légèrement fumé.
Bouche : matière épaisse et concentrée, acidité fine et bien souple, amers minéraux qui structurent l’ensemble en apportant fraîcheur et sapidité à la finale.
Dégustée sur place lors de mon dernier périple sudiste la version 2016 de cette cuvée m’avait fait une très belle impression et j’ai eu envie de vérifier si son aînée était du même acabit…verdict sans appel : cette roussanne 2015 est un pur bonheur.
MIAM !


Pinot Noir Les Rocailles 2015
Domaine P. Ginglinger à Eguisheim

Img 2127

Robe : sombre et dense avec une fine frange rubis.
Nez : fines notes fumées/torréfiées à l’ouverture puis développement aromatique très complexe, fruité profond (cerise noire, cassis) et nuances épicées raffinées (curcuma, poivre blanc).
Bouche : attaque souple et très franche, matière très gourmande, toucher soyeux, structure sphérique, finale riche, longue et très sapide.
Bon, j’avoue que j’insiste un peu lourdement sur la qualité de ce pinot noir né sur une parcelle de vieilles vignes située au cœur du Grand Cru Eichberg…mais plus je goûte ce vin (à trois reprises durant le dernier mois…quand même !) plus je suis convaincu que cette cuvée vinifiée à la perfection par Michel Ginglinger entrera dans ma sélection resserrée des grandes bouteilles de rouge du millésime 2015. MIAM !


Coteaux du Languedoc Peyre Rose-Marlène N°3 2004
M. Soria à Saint Pargoire

Img 2045

Robe : très sombre et compacte avec une fine frange tirant sur le roux.
Nez : profond et racé avec une ouverture très « noire » sur la réglisse, la baie de cassis et l’olive avant de libérer de beaux arômes d’herbes de garrigue complétés par de fines notes de fruits rouges frais.
Bouche : jus consistant tenu par une acidité bien mûre et une maille tannique très soyeuse, équilibre parfait, texture caressante, finale salivante relevée par une minéralité intense et pénétrante.
Cette cuvée qui m’avait déjà beaucoup impressionné lors de notre visite chez Marlène Soria a encore gagné en volume, en élégance et en complexité après quelques années de plus en cave…une splendeur en 2016, une merveille absolue aujourd’hui !

20180512 153219
Vue sur le Clos Lucas du domaine Beyer (photo de Valérie Beyer)

Les vins du mois d'avril 2018

Pinot Blanc La Croix du Sud 2015
Domaine François Schmitt à Orschwihr

Img 1962

Robe : jaune clair, lumineux avec des reflets argentés.
Nez : discret et pur, palette raffinée sur la chair de poire fraîche, la cire d’abeille et la résine.
Bouche : attaque vivre et franche, matière svelte mais belle vinosité, équilibre sec, présence tannique délicate et amers salivants en finale, sillage fruité avec quelques nuances boisées parfaitement fondues.
Avec son jus gourmand et son élevage bien maîtrisé, ce pinot blanc affirme un caractère très classieux...ce qui ne l’empêche pas de laisser parler son pouvoir de séduction dès la première gorgée.
Très belle bouteille !


Riesling Clos Rebberg 2010
Domaine Kreydenweiss à Andlau

Img 1944

Robe : jaune d’or, très lumineux.
Nez : intense et incroyablement complexe, notes de bergamote, de gingembre, de vanille, de poivre blanc…
Bouche : attaque vive et franche, ligne acide mûre et centrale, matière concentrée qui laisse petite sensation de douceur en milieu de bouche, amertume noble et posée en largeur, finale fraîche et digeste avec une puissante salinité et un long retour aromatique fruité et minéral.
Le terroir de schistes du Clos Rebberg aime le riesling et cette bouteille arrivée à pleine maturité nous en apporte une preuve éclatante : le jus est dense et salin, l’équilibre idéal et le message aromatique d’une complexité inouïe.
C’est un très grand vin…MIAM !


Riesling Grand Cru Brand 2009
Domaine de l’Oriel à Niedermorschwihr

Img 1937

Robe : jaune clair, belle brillance, reflets argentés.
Nez : ouvert et séduisant, notes d’agrumes mûrs (mandarine), d’herbes aromatiques et de pierre chaude, légères touches grillées.
Bouche : matière juteuse, riche et très saline, acidité fine et brillante, finale salivante avec des amers nobles et un long sillage sur les agrumes.
Issu d’un millésime solaire, ce riesling s’exprime avec une force pleine d’harmonie : quand l’acidité granitique du Brand commence à répondre sans trembler à la richesse majuscule de ce jus, la dégustation de ce vin devient une vraie fête pour les papilles. MIAM !


V.D.P. du Mont Baudile Les Intillères 2011
Domaine Supply-Royer à Arboras

Img 1961

Robe : rubis dense, belle brillance, fine frange rousse.
Nez : complexe et racé, ouverture sur la réglisse, le cacao et les épices avant de délivrer des arômes plus toniques sur l’orange sanguine et les herbes de garrigue.
Bouche : attaque directe et précise, matière douce avec une texture onctueuse mais équilibre bien frais, finale sapide avec des amers salivants, sillage long sur le chocolat et les épices.
Réalisée en grande partie avec les carignans de la vigne des Intillères, cette cuvée qui m’avait déjà subjugué lors de ma visite au domaine en 2013, confirme son niveau exceptionnel après plus de 7 années de garde.
Je persiste et signe : pour moi c’est l’un des plus grands vins rouges du Languedoc !


Costières de Nîmes Les Nouvelles 2017
Domaine de la Patience à Bezouce

Dsc 1867

Robe : sombre et compacte avec des bords rubis.
Nez : un peu retenu à l’ouverture avec des notes métalliques peu flatteuses, le fruité se précise après une longue oxygénation complété par des nuances fumées et pierreuses.
Bouche : jus très gourmand sur les fruits noirs (mûre, cassis), bel équilibre entre douceur et fraîcheur, finale assez courte mais propre et digeste.
Dégusté lors de ma première soirée à Port Camargue, cet assemblage de syrah-grenache vinifié et embouteillé sans soufre, m’a régalé par son fruité frais et croquant en bouche.
Déniché à la Maison des Vins de l’Espiguette cette bouteille a marqué le début de mon périple sudiste 2018.


Dsc 1918
Promenade sur les hauteurs d’Aspiran (34) au printemps 2018

Les vins du mois de mars 2018

Riesling Grand Cru Rosacker 2014
Domaine Mader à Hunawihr

Img 1893

Robe : jaune clair, lumineux avec des reflets argentés.
Nez : discret et raffiné, notes de miel de fleurs sur un fond délicatement citronné
Bouche : attaque assez douce puis montée en puissance d’une acidité très droite qui envahit le palais en largeur, finale tendue et avec de beaux amers minéraux.
Avec son expression d’un académisme quasiment parfait, ce riesling nous prouve que le coteau calcaire du Rosacker est un terroir béni pour ce cépage.
Voilà un grand vin qui se déguste déjà très bien à l’heure actuelle mais qui possède un potentiel de garde impressionnant…une vraie bouteille pour collectionneurs !


Riesling Grand Cru Pfersigberg 2014
Domaine E. Beyer à Eguisheim

Img 1897

Robe : or pâle, très belle brillance
Nez : franc et direct avec des notes d’agrumes frais et de zestes sur un fond de miel de forêt et de poudre de craie.
Bouche : attaque très vive, acidité puissante et bien mature qui se met en place sans tergiverser, matière pure et juteuse, finale longue et tendue relevée par des amers salivants.
Le sol calcaire du coteau du Sundel a donné un caractère précis et ciselé à ce grand vin dont la force minérale m’a impressionné, d’ailleurs je lui ai trouvé un véritable air de famille avec le riesling du Rosacker dégusté quelques jours plus tôt. MIAM !


Pouilly Vinzelles Les Longeays 2007
La Soufrandière à Vinzelles

Img 1900

Robe : jaune pâle avec des reflets argentés
Nez : vif et fringant sur les agrumes frais, le gingembre, les herbes aromatiques et la poudre de craie.
Bouche : attaque vive avec une acidité mûre mais stimulante qui se pose en largeur mais la matière garde une silhouette plutôt longiligne, finale pleine d’énergie, présence minérale persistante.
Dégusté après plus de 10 années de garde ce Pouilly-Vinzelles m’a bluffé par son énergie et par sa profonde empreinte minérale.
Quand un grand terroir comme Les Longeays est mis en valeur par de grands vignerons…la réussite d’un grand vin devient une évidence. MIAM !


Puligny Montrachet 2011
Domaine F. Carillon à Puligny

Img 1896

Robe : or clair, étincelant.
Nez : palette assez mûre à l’ouverture avec des notes de beurre frais et de noisette, l’aération apporte une belle suite d’arômes plus frais, gingembre, menthe et fougère.
Bouche : attaque vive avec une acidité mûre et centrée qui se déploie progressivement sur la largeur pour soutenir et équilibrer une matière assez généreuse, finale longue et tendue relevée par de beaux amers minéraux.
Malgré une matière plutôt opulente, ce Puligny a réussi à garder cette pureté et ce tonus qui rendent ce cru de la Côte de Beaune si particulier. C’est une très belle réussite sur un millésime assez compliqué…chapeau maître François !


Corton Charlemagne 1996
Domaine P. Marey à Pernand Vergelesses

Img 1936

Robe : topaze avec des reflets or jaune.
Nez : discret et complexe, registre aromatique assez évolué avec des notes de beurre, d’amande fraîche et de cire accompagnées par de belles nuances minérales.
Bouche : matière volumineuse et concentrée, texture épaisse, très mâchue, acidité puissant et droite qui soutient fermement la structure, finale nette et vive avec un rebond aromatique persistant.
Ce Grand Cru dégusté après plus de 20 ans de garde déploie fièrement une matière très généreuse tout en trouvant son équilibre grâce à l’action conjuguée de la puissante acidité propre aux vins de ce millésime et de la profonde minéralité caractéristique de ce terroir classé. Impressionnant !!!


Fleurie Cuvée Vieilles Vignes 2009
Domaine de la Grand’Cour à Fleurie

Img 1899

Robe : grenat sombre avec des bords brunissants.
Nez : intense et bien typé, palette évolutive qui s’ouvre sur des notes florales (pivoine) avant de libérer un bouquet complexe sur la prune, la terre glaise, la mine de crayon.
Bouche : matière consistante, jus épais et très gourmand tenu par une ligne acide très vive, finale fruitée (retour des notes de prune bien mûre) et minérale.
Goûté à son optimum de maturité, ce vin qui s’exprime avec une grande spontanéité m’a ravi par la richesse de son expression aromatique et la qualité superlative de sa présence en bouche.
A mon humble avis, lorsque le millésime est favorable, c’est chez Jean-Louis Dutraive qu’on trouve quelques unes des plus belles cuvées de Fleurie. MIAM 
!


Beaumes de Venise Saint Martin 2014
Domaine de La Ferme Saint Martin à Suzette

Img 1895

Robe : rubis sombre et profond, frange très compacte
Nez : mûr et épanoui, arômes intenses de quetsche et de confiture de mûre avec une fine touche réglissée et quelques notes de terre humide.
Bouche : matière dense et musculeuse, présence assez virile avec une acidité vive et stimulante et une trame tannique très voluptueuse, finale digeste, sillage acidulé et minéral.
La cuvée « Saint Martin » est reconnue comme étant l’un des grands vins de garde du domaine et je dois avouer que j’ai toujours eu un peu de mal à l’apprécier à sa juste valeur lors de mes nombreuses visites à Suzette, mais là j’ai eu une très bonne surprise : dégusté à l’occasion d’un petit dîner printanier en Alsace, ce vin a commencé à s’ouvrir en révélant une palette très séduisante tout en développant une matière gourmande et digeste. MIAM !

Dsc 1827
Zellenberg au début du printemps 2008

Les vins du mois de février 2018

Riesling Grand Cru Eichberg 2010
Domaine P. Ginglinger à Eguisheim

Img 1864

Robe : jaune vif avec des éclats dorés.
Nez : ouvert et très loquace avec une palette complexe sur les fruits mûrs (abricot, mangue), les herbes aromatiques, la vanille et une fine touche de poivre blanc.
Bouche : attaque franche mais très douce, matière dense avec une texture épaisse et une acidité bien fondue, équilibre généreux, finale sapide, long sillage aromatique relevé par des amers nobles.
Issu d’un millésime particulièrement réussi en Alsace, cet Eichberg qui semble avoir atteint sa phase de pleine maturité impressionne par sa générosité assumée et sa grande complexité.
Voilà un riesling qui se goûte magnifiquement bien aujourd’hui mais qui supportera surement encore quelques années de garde…mais pour moi c’est « hic et nunc » et MIAM !


Aligoté Sous le Chemin 2015
Domaine Buisson-Charles à Meursault

Robe : jaune clair, reflets argentés.
Nez : suave et particulièrement raffiné, notes de pêche blanche sur un fond beurré-vanillé délicat.
Bouche : matière pleine et charnue, équilibre frais et gourmand, acidité rayonnante, finale racée avec une touche boisée subtile et une présence saline/minérale bien marquée.
Quand on connaît la cave Buisson-Charles, on ne peut s’empêcher de penser que c’est parce qu’il a grandi entouré de crus réputés de la côte de Beaune que cet aligoté absolument sublime s’est forgé un caractère très murisaltien… mais ce serait oublier la qualité du travail de ces vignerons de Meursault qui élaborent toutes leurs cuvées avec le même soin et la même précision. Chapeau bas !!!


Meursault 1°Cru Bouches-Chères 2008
Domaine Buisson-Charles à Meursault

Img 1865

Robe : jaune profond, très lumineux.
Nez : raffiné et très complexe avec une palette évolutive qui développe des notes de frangipane et de fruits jaunes frais complété par de légères nuances fumées sur un fond minéral bien marqué.
Bouche : attaque suave, matière pleine avec un joli gras, acidité mûre et puissante qui stimule les côtés de la langue, finale énergique et salivante avec des amers nobles et un sillage délicatement mentholé.
Après un aligoté de grande qualité j’ai eu envie de voir comment se portait l’une des cuvées haut de gamme du domaine Buisson-Charles…et j’ai été bien inspiré d’aller piocher cette bouteille de Bouches-Chères 2008 qui m’a littéralement subjugué par la beauté de son expression aromatique et la par classe absolue qui se dégageait de sa présence en bouche. MIAM !


Côte de Brouilly La Chapelle 2016
Château Thivin à Odenas

Img 1866

Robe : rubis profond avec une fine frange mauve.
Nez : mûr et très racé, notes de fruits noir et de fleurs (pivoine) avec des nuances minérales bien définies (silex).
Bouche : attaque franche et vive, jus plein et très dense qui donne une impression de douceur en milieu de bouche, finale droite et bien sapide, sillage acidulé et minéral.
Née sur une parcelle située sur la partie sommitale du Mont Brouilly, cette cuvée la Chapelle 2016 qui s’exprime remarquablement bien malgré sa jeunesse prouve une fois encore que les grands vins n’ont pas forcément besoin de temps pour révéler leur talent. P… que c’est bon !!!


Côtes du Roussillon Villages Vieilles Vignes 2006
Domaine Gauby à Calce

Img 1863

Robe : rubis sombre, bords tirant sur le roux.
Nez : intense et évolutif, notes de fruits noirs confits (mûre, myrtille), d’eucalyptus et d’herbes de garrigue.
Bouche : attaque douce, matière concentrée, très nappante, acidité structurante mais bien enrobée, trame tannique serrée avec un grain joliment patiné, finale nette et salivante, sillage minéral et légèrement mentholé.
A la fois profonde, vineuse et d’une parfaite sociabilité cette remarquable cuvée de Crozes Hermitage vinifiée par Laurent Combier est l’une des plus belles bouteilles de syrah rhodanienne qu’il m’a été donné de goûter ces dernières années.
Quel bonheur…MIAM !!!

Img 1871
Février sur le glacier du Stubaï…comment résister !!!

Les vins du mois de janvier 2018

Riesling Grand Cru Sommerberg 2005
Domaine de l’Oriel à Niedermorschwihr

Img 1850

Robe : or clair avec des éclats jaune fluo.
Nez : riche, mûr et bien complexe, notes d’agrumes confits, de bergamote sur un fond très minéral (pierre chaude.
Bouche : attaque douce, jus moelleux, grande suavité, amers larges qui se font sentir dès le milieu de bouche, acidité d’abord dominée par la générosité de la matière fruitée mais qui gagne progressivement en intensité pour donner beaucoup d’énergie et de sapidité à la finale
Découvert un peu par hasard dans un coin de ma cave, ce riesling Sommerberg plein de générosité nous a fait vivre un joli moment de gourmandise.
J’avais dégusté récemment cette cuvée chez Stéphane lors d’une session consacrée au millésime 2005 et cette nouvelle rencontre avec ce vin confirme mon impression initiale : le riesling du grand Claude est arrivé à son optimum. MIAM !


Riesling Grand Cru Winzenberg 2012
Domaine H. Metz à Blienschwiller

Img 1858

Robe : jaune clair, reflets dorés.
Nez : ouvert, complexe et bien typé, palette terpénique et fruitée relevée par de belles notes d’herbes aromatiques méditerranéennes (citronnelle, origan, romarin).
Bouche : attaque vive et franche, acidité fine et droite bien enrobée par une matière juteuse bien dense, amers minéraux très présents en finale, sillage tonique sur le pamplemousse et la pierre chaude.
Avec sa palette raffinée et sont équilibre d’une précision absolue, ce riesling né sur ce coteau granitique qui domine Blienschwiller m’a vraiment bluffé.
Voilà un vin qui prouvera aux sceptiques que le Winzenberg mérite amplement son classement parmi les grands terroirs alsaciens.


Pinot Noir Les Rocailles 2013
Domaine P. Ginglinger à Eguisheim

Img 1860

Robe : rubis profond, fine frange violacée.
Nez : épanoui et expressif avec une palette complexe qui s’ouvre avec des arômes fumés/torréfiés avant de délivrer de belles notes fruitées (quetsch puis framboise bien mûre) et épicées (muscade poivre noir).
Bouche : attaque douce et gourmande, matière concentrée et structurée par une ligne acide bien en place, tanins fondants, finale digeste qui s’étire en prolongeant un beau sillage fruité et épicé.
Ce vin qui nous avait déjà fait une forte impression lors de notre passage chez Michel Ginglinger, confirme pleinement son niveau après quelques années de garde : il y a une complexité aromatique incroyable, un jus charnu et parfaitement équilibré, une finale fraîche et persistante…bref, c’est un pinot noir vraiment exceptionnel qui va nous obliger à taper très haut dans la hiérarchie bourguignonne pour trouver un niveau de qualité équivalent. MIAM !!!


Hautes Côtes de Beaune Clos de la Perrière 2015
Domaine Parigot à Meloisey

Img 1849

Robe : rubis profond, dense mais avec beaucoup d’éclat.
Nez : ouvert et charmeur, palette complexe sur les fruits rouges bien mûrs (cerise burlat, framboise) avec une touche boisée délicate.
Bouche : attaque suave, jus concentré et très gourmand qui laisse une sensation de douceur en milieu de bouche, trame tannique douce et sensuelle, acidité fine et bien centrée qui se fait sentir progressivement, finale fruitée, fraîche et glissante.
Cette très belle cuvée de Hautes Côtes de Beaune qui s’est fait remarquer lors de ma visite au domaine confirme ses belles promesses quelques semaines plus tard : c’est un vin riche, charmeur et accessible avec un rapport Q/P très intéressant…la Bourgogne comme ça, j’adore !!!!


Crozes Hermitage Cap Nord 2015
Domaine Combier à Pont-de-l'Isère

Img 1859

Robe : rubis très sombre, fine frange mauve.
Nez : noble et complexe, très belle palette fruitée (framboise, mûre confite) et épicée (épices douces orientales).
Bouche : matière pleine et charnue, équilibre précis, texture épaisse mais d’un soyeux parfait, finale longue et fraîche, sillage très agréable sur le Zan à la violette.
A la fois profonde, vineuse et d’une parfaite sociabilité cette remarquable cuvée de Crozes Hermitage vinifiée par Laurent Combier est l’une des plus belles bouteilles de syrah rhodanienne qu’il m’a été donné de goûter ces dernières années.
Quel bonheur…MIAM !!!